Parce que la qualité de l'air intérieur est importante pour nous tous, mais aucun règlement ne le prescrit sur le marché des rénovations. Et pourtant, là où il y a des règlements, comme dans le marché de la construction neuve, les consommateurs éprouvent encore des problèmes avec une mauvaise qualité de l'air intérieur, même lorsque leur maison est équipée d'un échangeur d'air comme un VRC!

Les prévisions météorologiques quotidiennes traitent du taux d’humidité relative dehors et de l’incidence qu’il aura sur vous au cours de la journée, mais prêtez-vous autant d’attention au taux d’humidité dans votre maison? Comme nous passons 90 % de notre temps à la maison, il importe d’y maintenir un taux idéal pour assurer non seulement notre confort, mais notre santé également.

Si votre maison sent parfois le moisi, il importe de déterminer la cause et de l’éliminer. Il n’est pas rare que l’odeur désagréable se dégage du sous-sol, du grenier, du vide sanitaire ou d’autres endroits dépourvus de ventilation adéquate, où l’humidité n’est pas régulée.

L’American Society of Home Inspectors (société américaine d’inspecteurs d’habitations) juge qu’environ 60 % des maisons aux États-Unis ont un problème d’humidité dans le sous-sol. Il faut donc comprendre qu’un excès d’humidité nuit à la qualité de l’air dans plus de la moitié des habitations de ce pays. Que le problème tienne d’une infiltration souterraine ou de la pluie, nombreux sont les signes qui portent à croire qu’il y a bel et bien un problème.

Selon l’American Academy of Allergy, Asthma & Immunology (AAAAI), un organisme de médecins spécialistes se penchant sur la recherche et le traitement des allergies et des réactions d'hypersensibilité immédiates, des millions de personnes présentent des symptômes d’allergie l’année durant. Ces affections sont causées par des allergènes à l’intérieur des maisons, notamment les crottes d’acarien, les squames animales, les chiures de blatte et les moisissures. Sont inclus parmi les symptômes de réactions allergiques les éternuements, la congestion et l’écoulement nasales, ainsi qu’une démangeaison du nez, du palais, de la gorge, des yeux ou des oreilles.

Appréciez-vous les avantages d’une maison neuve ou préférez-vous le cachet et le charme d’une ancienne maison? Peu importe. Il faut bien comprendre la façon dont la maison est ventilée. En raison de nouveaux codes de bâtiments et de nouvelles pratiques de construction, les maisons neuves sont plus étanches, tandis que les vieilles maisons ont besoin d’être rénovées et modernisées pour réparer les fuites et éliminer les courants d’air.

L’air dans nos maisons est invisible. Par conséquent, comment peut-on savoir s’il est nocif à la santé? Contrairement à la saleté et à la poussière, que l’on peut voir et balayer ou épousseter, il est difficile d’évaluer la qualité de l’air dans la maison. Si vous vous faites beaucoup de souci à cet égard, communiquez avec un spécialiste. Il peut effectuer les tests nécessaires pour détecter des contaminants particuliers et rédiger un rapport circonstancié.

Ou encore, fiez-vous au gros bon sens. Il suffit de reconnaître de simples signes.

Selon l’Association pulmonaire du Canada, tout un chacun doit faire de l’air sain sa priorité. Comme les Canadiens passent 90 % de leur temps à la maison, un air malsain peut avoir une incidence sur leur santé, les personnes atteintes d’asthme, d’allergie ou de maladies pulmonaires étant particulièrement vulnérables.

Selon l’Environmental Protection Agency, l’agence américaine de protection de l’environnement, « les répercussions potentielles de la qualité de l’air à l’intérieur des maisons sur la santé humaine à l’échelle nationale sont importantes pour plusieurs raisons ».